Christophe Detrembleur décroche un WEL-T Advanced Grant pour ses recherches dans le domaine des mousses polyuréthanes



Christophe Detrembleur, Directeur de recherches FNRS au Centre d’Etude et de Recherche sur les Macromolécules (CERM) de la Faculté des Sciences de l’ULiège décroche un WEL-T Advanced Grant pour son projet intitulé «Exothermes en cascade pour stimuler l'auto-moussage de formulations de polyuréthanes sans isocyanate à température ambiante» qui souhaite développer des stratégies innovantes de production de mousses PU plus durables.

L

es demandes croissantes des secteurs de la construction (isolation), de l’ameublement et de l’automobile (confort), dopent le marché des mousses polyuréthanes (PU). Leur succès réside dans la facilité et la polyvalence du procédé de fabrication, basé sur la réaction entre des polyisocyanates, des polyols et de l’eau. Cependant, cette chimie fait actuellement face à des contraintes importantes liées à l’utilisation d’isocyanates toxiques soumis aux restrictions d'utilisation REACH, aux pénuries d'approvisionnement régulières entrainant une volatilité des prix et à un recyclage difficile des matériaux en fin de vie. Les nouvelles directives européennes visant à décarboner la filière plastique incitent également les acteurs du domaine à repenser la fabrication des mousses PU via l'éco-conception, encourageant l’utilisation de bio-ressources et/ou d'effluents gazeux (comme le CO2) tout en intégrant la dimension de recyclabilité.

Poussée par ces enjeux, l’équipe de Christophe Detrembleur, Directeur de recherches FNRS et chercheur au sein du CERM  (Unité de recherche CESAM / Faculté des Sciences) de l’ULiège, a récemment rapporté la première preuve de concept de mousses PU non-isocyanate auto-moussantes (NIPU) au départ de produits issus de la transformation et de la valorisation du CO2 (des carbonates cycliques), d’amines et d'eau.

« Conceptuellement, les carbonates cycliques ont ici un double rôle, former la matrice polyuréthane et générer l'agent gonflant (le CO2), explique Christophe Detrembleur. Le frein majeur au déploiement de cette technologie repose sur le traitement thermique nécessaire pour induire le moussage, incompatible avec de nombreux procédés industriels. »

Le projet CHEMISTRY, porté par le chercheur propose des stratégies innovantes de moussage des NIPUs – des mousses polyuréthanes sans isocyanate - à partir de formulations à température ambiante. L’empreinte carbone réduite sera garantie par l'exploitation de monomères bio- et CO2-sourcés, tandis que la circularité sera assurée via des procédés de recyclage de mousses en mousses. « Notre objectif final est de démontrer que des mousses plus durables peuvent être produites en Europe à partir de ressources disponibles localement (le CO2 et les bio-ressources) par des technologies plus respectueuses de l’environnement et de la santé, et potentiellement transférables aux procédés industriels. »

Lire > Des mousses de polyuréthane plus durables et recyclables

A propos du Wel Research Institute

Le WEL Research Institute soutient la recherche stratégique d’excellence au sein de ses départements en vue d'en valoriser les innovations de rupture pour un impact dans les domaines de la santé et de la transition durable.

Les bourses WelT sont des financements issus du Wel Research Institute (WELRI), créé par la Région Wallonne en 2009 afin de soutenir la recherche stratégique d'excellence dans les sciences de la vie en biotechnologie. Le Wel RI propose deux types de financements : Welbio pour les sciences de la vie et WEL-T pour les sciences de l’ingénieur, la chimie et la physique.

Votre contact à l’ULiège

Christophe Detrembleur

Partagez cette news